La descente dans l’Hadès

Charles Williams, un des membres du cercle d’amis de C.S. Lewis, a écrit un livre s’intitulant : « La descente en Enfer. »  Nous y retrouvons la chronique d’une lente et inexorable damnation d’une âme, les choix qui sont faits et ne sont pas faits – une chronique qui porte plus sur l’ennui spirituel que sur une rébellion volontaire – c’est un roman qui donne à réfléchir.

Il y a une compréhension de l’enfer qui va bien au-delà du lac de feu brûlant typique de la Géhenne. Ces images, bien que Biblique, ne nous décrivent pas toujours pleinement le caractère existentiel de l’enfer. Il est donc commun de nos jours nous représenter l’enfer comme nous nous représentons le paradis – comme une alternative à laquelle nous faisons face dans la vie après la mort. Aucune de ces alternatives n’est considérée au présent ou ayant un lien quelconque avec la vie de tous les jours autrement que comme une éventuelle conséquence.

Continuer de lire « La descente dans l’Hadès »

Un savoir salvifique

J’ai souvent utilisé l’exemple de la bicyclette comme une image pour connaître Dieu. Il n’y a aucune difficulté à apprendre à rouler si cela ne vous dérange pas de tomber pendant un moment. Mais peu importe combien d’années vous avez monté, vous ne pouvez pas décrire en mots, pour quelqu’un d’autre, comment vous savez ce que vous savez par rapport à cette activité. Mais vous le savez. Je soupçonne également que si vous pensiez trop à la bicyclette pendant que vous la montée, vous pourriez gâcher votre concentration et tomber.

Continuer de lire « Un savoir salvifique »

Les contradictions de l’Écriture

Nous pouvons, cependant, seulement exprimer la Vérité que si nous y voyons l’extrême expression de toutes les contradictions qui en découlent, d’où il suit que la Vérité elle-même englobe la projection ultime de toutes ses invalidations, est antonymique et ne peut être autrement.
-Pavel Florensky

 

J’ai écrit dans un article précédent sur l’importance des contradictions dans la connaissance de Dieu. La foi orthodoxe se réjouit totalement du paradoxe et de la contradiction et assène facilement son langage d’adoration avec des expressions antonymiques choquantes. Ceci est intentionnel et inhérent à la nature du genre de connaissance (koinonia) qui seul est une « connaissance salvatrice ». Se rappeler cela est important quand nous arrivons à l’étude des Écritures. Sans doute, la pratique la plus dévastatrice à l’égard des Écritures est de les débarrasser de ses contradictions. Aujourd’hui, cela se fait régulièrement à partir d’un certain nombre de sources. Apparemment, les êtres humains n’aiment pas la contradiction et ont un instinct passionné pour les minimiser. Cette diminution de la raison est appelée par plusieurs noms – certains d’entre eux étant si audacieux pour prétendre que c’est la raison elle-même. Ce ne l’est pas. La vraie raison est à l’aise avec la contradiction.

Continuer de lire « Les contradictions de l’Écriture »

La communion de l’amitié

Vous rencontrez quelqu’un et vous l’appréciez. Vous arrivez lentement à le connaître. Par des conversations et partages, une écoute et un apprentissage, commencent à émerger une image ou une réalité. Vous pensez à eux quand ils sont partis. Vous savez que vous leur importé aussi. La pensée que n’importe quoi pourrait les blesser est douloureuse. C’est l’amitié.

Continuer de lire « La communion de l’amitié »

Dans sa compassion

Parmi les plus grands mystères du Nouveau Testament sont ceux qui entourent la Mère de Dieu. Un grand segment du christianisme moderne est devenu sourd à ce sujet, résultat de siècles d’antagonisme envers certains aspects de l’ancienne tradition. C’est une surdité qui me fait mal au cœur, principalement parce qu’elle représente un grand fossé dans une plus large expérience de la foi. Quelques années après ma réception dans l’église orthodoxe, un ami de mon passé anglican m’a demandé si je pensais parfois à revenir. Il n’avait aucune idée de l’étrangeté de cette pensée pour moi. Mais dans mon esprit, la première pensée était l’absence de Marie. Je pense avoir dit quelque chose à l’effet que je ne pourrais jamais envisager de quitter « ma mère ».

Continuer de lire « Dans sa compassion »

Ce qui est caché à la vue et la fausse accusation

Au temps de leur visite, ils brillent et courent comme des étincelles dans le chaume. (Sagesse 3: 7)
____
On raconte une histoire où saint Macaire avait été faussement accusé d’avoir engendré un enfant par une jeune femme dans un village. Après avoir été battu et humilié par la populace, il est retourné à sa cellule, a rassemblé tous les tapis et paniers qu’il avait faits et a donné des instructions pour qu’ils soient vendus, afin que l’argent fut donné « à ma femme ». Il fut plus tard acquitté du crime pour lequel il avait été faussement accusé.
Le disciple de saint François, frère Juniper, a été faussement accusé de vol, de meurtre et de plusieurs de ces crimes. Il a immédiatement avoué qu’il était coupable de tout. Il a été sauvé à la dernière minute de sa pendaison par l’intercession des frères.
Nous sommes tous faussement accusés.

Continuer de lire « Ce qui est caché à la vue et la fausse accusation »