Gnose Chrétienne : Jacob Boehme

J’étais un trésor caché et Je voulais être connu; par conséquent, J’ai créé la création afin d’être connu. ~ Hadith Qudsi

Origène, Denys l’Aréopagite, Jacob Boehme, Louis Claude de Saint-Martin, Vladimir Solovyov et Nicolas Berdyaev, par exemple, montrent dans leur travail un progrès très avancé dans la substance[1] nouant ensemble l’intelligence et la foi intuitive. ~ Valentin Tomberg

Jacob Boehme devrait porter le titre du plus grand Chrétien gnostique. Le mot gnose n’étant pas ici employé au sens hérétique de la Chrétienté des premiers siècles, mais de la connaissance qui se base sur la révélation tout en ne se préoccupant pas des concepts, mais plutôt des symboles et des mythes; la connaissance contemplative et non la connaissance discursive. C’est aussi une religion philosophique ou une théosophie. ~ Nikolai Berdyaev

Dans Christian Gnosis[2], Wolfgang Smith se révèle être un adepte de Franz von Baader dans la vague du théosophisme chrétien. C’est pourquoi il conclut son travail avec des idées de Paracelsus, Jacob Boehme et Maitre Eckhart. Smith interprète ce dernier comme étant la source distincte de la Trinité Chrétienne non dualiste, aucunement inférieur au non-dualisme des Vedantas. Cet article s’attaque au chapitre sur Jacob Boehme et au chapitre final sur la Trinité non dualiste de Maître Eckhart tiré de l’œuvre de Smith.

Jacob Boehme est un modèle d’ésotérisme pour l’Âge qui vient : il était un profane – un cordonnier de métier, tout comme mon grand-père – était marié et a élevé une famille. Pourtant, malgré les apparences simples, il vivait une profonde transformation spirituelle. Il essaya de vivre une vie simple; son premier livre a été distribué seulement à ses amis. Vers la fin de sa vie, il fut finalement capable de dédier son temps uniquement aux écrits spirituels grâce à de riches mécènes.

Continuer de lire « Gnose Chrétienne : Jacob Boehme »