Les Grands Mystères

                L’omnipotence ne signifie pas le pouvoir d’accomplir des absurdités. La coercition de la volonté d’une autre personne est une de ces absurdités, et, par conséquent, aucune omnipotence réelle ne pourrait forcer une telle coercition. L’omnipotence est spirituelle et l’esprit n’agit pas par contrainte brutale, mais par la connaissance et l’inspiration. ~ R. G. Collingwood

                Au cours des 150 dernières années environ, nous avons eu droit à des révélations extraordinaires qui pourraient soutenir les fondations d’un renouveau spirituel. En dehors de quelques petits groupes d’intérêts, le monde poursuit sa trajectoire descendante. Si vous êtes satisfait de vos lectures spirituelles actuelles, peut-être que ces révélations on peu d’intérêt. Si vous êtes ancrés dans le matérialisme et le scientisme, ces idées risquent de ne pas pouvoir pénétrer votre esprit. Mais pour quelques-uns d’entre nous, ces idées forment la fondation d’une vision traditionnelle du monde.

                Pour commencer, je mentionnerai en particulier ces trois hommes :

  • Vladimir Soloviev révéla la connexion interne entre la théosophie égyptienne et la doctrine chrétienne.
  • René Guénon révéla l’existence d’une tradition primordiale.
  • Georges Dumézil révéla la structure sociale commune aux sociétés traditionnelles.

Racines Hermétiques de la Tradition

                Dans une intrigante note de bas de page paru dans son livre le plus métaphysique, intitulé « Leçons sur la divino-humanité », Vladimir Soloviev nota les connexions étroites entre la philosophie Hermétique et la doctrine chrétienne. Plus spécifiquement, les idées du Logos et de la Trinité étaient connues des philosophes néo-platoniciens. Sa conclusion était que la doctrine chrétienne n’a pas créé une nouvelle métaphysique, mais son originalité est la révélation d’un fait positif. À savoir, le Logos était incarné en Jésus et la trinité incluait trois personnes divines, au-delà de ses principes métaphysiques abstraits.

                Il y a ceux qui considèrent le réveil des idées Hermétiques à la Renaissance comme étant une sorte d’aberration et un signe de déclin. C’était plutôt une récupération de ce qui était déjà présent au début. Le déclin fut causé par la séparation de la Tradition et des organisations exotériques. Le résultat est que les enseignements ésotériques se sont transformés en fantaisies et l’exotérisme a perdu son âme et a été emporté au gré des vents de la doctrine par la cruauté des hommes.

                De nos jours, nous avons les travaux de Valentin Tomberg et de Boris Mouravieff qui, par des chemins différents, ont réuni les deux courants.

 

La Tradition Primordiale

                Bien que toute son œuvre soit facilement disponible, René Guénon n’est toujours pas bien compris. Certains ont dit qu’il avait créé une nouvelle « école » du « traditionalisme » avec certaines croyances et certains dogmes. Au contraire, il révéla l’existence d’une Tradition Primordiale, qui n’est pas matière à spéculation.

                La source de la Tradition Primordiale est supra-humaine, et son enseignement métaphysique est éternel. Par conséquent, il n’est subordonné à aucune activité humaine et, de plus, il a toujours existé et existera toujours. A fortiori, ce n’est pas les enseignements d’une « École » particulière et on ne peut non plus être vaguement « traditionaliste » ; il est nécessaire de faire partie d’une tradition précise.

                Néanmoins, la Tradition prend forme dans des cultures et époques historiques variées. Elle est alors exprimée dans des doctrines, rites et symboles appropriés à sa manifestation exotérique. Ces manifestations de la Tradition Primordiale montrent ainsi le chemin aux mystères :

  • Les Petits Mystères montrent le chemin de retour vers l’état primordial avant la Chute de l’homme.
  • Les Grands Mystères montrent le chemin vers la Gnose par la connaissance de soi.

                L’état primordial de l’homme est l’état naturel de l’humanité, même si sa mémoire a presque été complètement perdue. Puisque nous avons déjà, dans plusieurs publications, discuté de la Tradition Primordiale révélée par Guénon, il n’est pas nécessaire de tout répéter ici.

Organisation Sociale Trifonctionnelle

                Dans ses études interculturelles des mythes et institutions sociales, Georges Dumézil a découvert l’organisation trifonctionnelle de la culture indo-européenne. Qui sont :

  • La fonction du sacré
  • La fonction du guerrier
  • Les producteurs

Elles correspondent à trois types humains :

  • Ceux qui sont forts par intelligence
  • Ceux qui sont forts en courage et valeur au combat
  • Ceux qui sont riches

La société était organisée d’une façon similaire dans le moyen âge européen :

  • Oratores : ceux qui prient (le clergé)
  • Bellatores : ceux qui combattent (la noblesse)
  • Laboratores : ceux qui travaillent

                De plus, ces trois fonctions étaient organisées hiérarchiquement de tel façon que les producteurs étaient sous la noblesse ou le pouvoir politique, qui étaient eux-mêmes sujets de l’autorité spirituelle. Il n’y avait pas de liberté religieuse puisque l’unité de la société était basée en entier sur l’unité spirituelle. Être excommunié équivalait à être exilé du groupe. Les théories modernes, en revanche, essaient de réaliser l’unité en se basant sur d’autres facteurs contingents comme la race, les classes économiques, ou les partis politiques. De telles sociétés sont fragiles, alors que les sociétés fondées sur une religion commune ont tendance à persister dans le temps.

« Acres of Diamonds »

                Dans The Vedanta and Western Tradition, Ananda Coomaraswamy a fait la liste de huit penseurs occidentaux qui, dans leur totalité, sont arrivés les plus près des enseignements des Vedantas. Ce sont, au minimum :

  1. Platon
  2. Philon d’Alexandrie
  3. Hermès Trismégiste
  4. Plotin
  5. L’Évangile de Jean
  6. Denys l’Aréopagite
  7. Maître Eckhart
  8. Dante

J’en ajouterais quatre autres :

  1. Aristote
  2. Saint Augustin
  3. Boèce
  4. Thomas d’Aquin

 Avec ces fondations, nous pouvons trouver :

  • La connaissance de l’Absolu
  • La cosmologie
  • La distinction entre l’Être et le de Devenir
  • Hylémorphisme
  • La constitution psychologique d’un être humain
  • Un système éthique basé sur les vertus et l’excellence
  • Une théorie politique
  • Les trois étapes d’une vie spirituelle, et ainsi de suite

                Pourtant, parmi ceux qui se prétendent « traditionalistes », qui prenne cette liste au sérieux ? Au lieu de cela, nous entendons des argumentations inutiles sur ce qu’est la tradition. Par exemple, est-ce que la tradition européenne est païenne ou chrétienne ? Si vous choisissez la première option, cette liste s’applique tout de même à vous ; sinon vous ne faites que jouer à un jeu de rôle.

                D’autres Occidentaux décident de regarder ailleurs, ils deviennent Druides, prêtres des vedantas, bouddhistes, etc. Cependant, s’ils ne peuvent comprendre leur propre tradition, pouvez-vous vraiment croire qu’ils peuvent en comprendre une autre ?

                Russell Conwell a écrit le fameux essai « Acres of Diamonds » au sujet d’un homme parti à la recherche de diamant alors qu’il y avait des diamants dispersés sur sa propre propriété qu’il venait tout juste d’abandonner. C’est la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui, recherchant toujours la prochaine chose brillante ailleurs, au lieu de la voir où elle se trouve réellement.

L’Absolu et Dieu

                Le point de vue strictement philosophique peut seulement s’élever au niveau de l’Absolu. En réalisant que toutes choses et tous événements sont interreliés, on commence à s’élever à une compréhension qui englobe un nombre croissant de choses dans l’espace et le temps. Ultimement, nous sommes menés à l’Absolu. Toutefois, différents penseurs l’ont compris de différentes manières ; par exemple :

  • Platon : la forme du Bien
  • Aristote : le Premier moteur et la première cause
  • Plotin : l’Un
  • Spinoza : la Nature
  • Schopenhauer : la Volonté aveugle
  • Francis Bradley : le Vrai

                Certains philosophes croient que l’humanité évolue vers l’Absolu, alors que dans la plupart des autres systèmes, la notion de changement est une illusion.

                Par conséquent, la philosophie fait partie d’une plus ample conversation. En faire partie à ses points positifs. La contemplation intellectuelle de l’Absolu peut être accompagnée par la joie et la paix. Cependant, ceci se limite au niveau des petits mystères.

                Si l’être humain est un être, la question qui doit être posée au sujet de l’Absolu est : comment un Absolu abstrait peut-il engendrer un être avec sa propre intériorité ? L’Absolue lui-même doit donc avoir son centre d’intériorité. Une fois cette notion comprise, une idée d’une révélation et d’une relation avec l’Absolu prend son sens. Dieu se révèle au travers de l’Absolu, mais demeure incompréhensible. Un objet peut être connu, mais un sujet contient toujours une part cachée.

                Au stade de la contemplation de Dieu, contrairement à la contemplation philosophique de l’Absolu, il n’y pas de différence sujet-objet. Il n’y a qu’un Soi. C’est le but des grands mystères.

La Tradition Européenne

                Un dernier point pour ceux qui n’auraient toujours pas compris l’idée de la Tradition. Puisque qu’elle est supra-humaine et transcendantale, elle ne dépend pas d’un homme ou d’une femme individuellement. Si le chef spirituel échoue, si une organisation échoue, la Tradition en soi perdure. Cela tombe à point étant donné l’état de confusion qui règne au sein de l’organisation devant préserver la tradition occidental. Garder ceci en tête :

                « L’Église n’est pas un homme ni même un simple collectif d’hommes, mais le Corps Mystique du Christ dont la subsistance ne peut être détruite par aucune erreur humaine. L’infaillibilité de l’Église en tant qu’entité collective est perdue dans la présente manie de l’hyper papisme, s’étendant même aux corps des croyants, qui obéissent à ce qui a toujours été enseigné par l’Église dans sa totalité et rejette ce qui est étranger à ses enseignements. ~ The Remnant Newspaper, March 31, 2019.

En d’autres mots, suivez la tradition et non une organisation.

Traduit de l’anglais à partir  de « The Greater Mysteries » par Cologero paru le 26 juin 2019 à cette adresse : https://www.gornahoor.net/?p=11111

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s